Les bienfaits de la pêche en mer sur la santé

Posté par le Oct 9, 2018 dans Bonne pratique | 0 commentaires

Nous avons tous cette vision de Popeye le marin et ses collègues, les bras énormes gonflés par leurs muscles. Si dans l’histoire ce sont les épinards qui donnent à Popeye sa force, nous on sait que ses incroyables facultés viennent d’ailleurs : son métier de marin-pêcheur. Voici pourquoi.

Une pratique exigeante et nourricière

Quel que soit votre technique de pêche de prédilection (pêche à la palangre, à la senne, au filet maillant, aux nasses…), tout marin sait à quel point la pêche en mer est une activité physique éprouvante, qui muscle aussi bien les biceps que le mental.

En effet, les filets à manier sont lourds et bien que des assistances mécaniques existent à bord des navires, il faut tout de même une grande force dans les bras pour manipuler les outils de pêche. Les marins commencent en plus leurs journées très tôt et font des roulements de 4 heures, ce qui laisse peu de temps au repos.

Le bon côté de cette activité, c’est que non seulement vous faites du sport mais en plus vous faites quelque chose d’utile pour votre estomac (et celui de nombreux Français). Les marins sont en effet habilités à découper les poissons en filet et à les préparer pour cuisiner le repas du jour des autres matelots de votre navire.

Les vertus de l’air marin

Au-delà des bienfaits physiques qu’entraîne la pratique de la pêche en mer, de nombreux bénéfices sont liés à l’air marin. Eh oui, pendant que vous peaufinez votre technique de pêche au filet, vous respirez un air plus pur, chargé en ions négatifs et en oxygène.

C’est grâce à une pression atmosphérique plus importante ainsi qu’à l’action des microalgues (de véritables poumons de la planète) que l’air ambiant est enrichi on oxygène. Cela vous permet de respirer un air sain, idéal pour ventiler vos poumons. En plus, cet air marin est chargé en ions négatifs et la pression atmosphérique facilite leur absorption par l’organisme.

Or, ces fines particules vous permettent d’être en meilleur forme en luttant efficacement contre la douleur, la fatigue et le stress. Parmi les ions négatifs de l’air marin, on retrouve l’iode, micronisé dans des gouttelettes d’eau. L’iode est un composé important pour le corps humain car il stimule la production d’hormones thyroïdiennes, ce qui a tendance à cruellement manquer aux populations urbaines de nos jours. Une mauvaise production d’hormones thyroïdiennes peut entraîner de graves conséquences comme participer à l’apparition de cancers.

En mer, on retrouve 62 fois plus d’ions négatifs et 100 fois moins de germes qu’en ville (voire pas de germe du tout en haute mer). Il s’agit donc bien d’un air pur qui contribue à une santé de fer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *